Heptameron (Marguerite de Navarre / Benjamin Lazar / Bouffes du Nord)

(de quoi ça parle en vrai)

« (…) Confiné par des pluies diluviennes, un groupe d’hommes et de femmes décide de se raconter chaque jour des histoires d’amour, terrifiantes ou émouvantes, mais toutes véritables. Dans cette adaptation contemporaine, les récits anciens s’enchevêtrent aux récits actuels, tissant des ponts inattendus entre les êtres, les langues, les pays et les siècles. L’invitation au voyage s’accomplit dans une temporalité mouvante, au son de ces poèmes chantés que sont les madrigaux baroques de Claudio Monteverdi, Luca Marenzio, et Michelangelo Rossi notamment, qui révèlent toute leur force théâtrale. » (source : ici)

174860-heptame_ron---13-01-19---simon-gosselin-39---copie
Crédits photos : Simon Gosselin

(ceci n’est pas une critique, mais…)

A dire vrai, je n’avais pas prévu de voir ce spectacle. Mais la personne à qui je voulais offrir une place de spectacle avait choisi celui-ci. Je me suis donc exécuté et l’ai donc accompagnée. Je ne l’avais pas sélectionné car je pressentais que ce n’était pas pour moi. Mais j’étais tout de même curieux, une fois les billets pris, de découvrir le travail de Benjamin Lazar, qui avait eu des critiques dithyrambiques (je ne dirai pas combien de fois j’ai dû réécrire ce mot-là) pour sa dernière création, La Traviata avec l’étonnante Judith Chemla.

C’est typiquement le genre de spectacles pour lesquels je vois les points positifs, la sincérité des artistes, la qualité des interprètes-musiciens. Et pourtant ça ne me touche pas. La sauce ne prend pas. Je me détesterais presque moi-même de ne pas plus aimer, parce que forcément je me dis : « Mais je ne dois pas avoir les clés (comme il m’arrive parfois), mais c’est que je ne dois rien comprendre… ». Cependant, quelques jours après avoir vu ce spectacle, il ne m’en reste pas grand chose. Je perçois la délicatesse, l’harmonie, mais me restent seulement en bouche une certaine fadeur et un manque de rythme.

Et je ne vois pas trop ce que je pourrais en dire de plus.

 

HEPTAMERON

D’après L’Heptaméron de Marguerite de Navarre

Et d’après la musique Claudio Monteverdi, Luca Marenzio, Benedetto Pallavicino, Carlo Gesualdo, Michelangelo Rossi et Biagio Marini

Mise en scène Benjamin Lazar

Direction musicale Geoffroy Jourdain – Scénographie Adeline Caron – Costumes Adeline Caron et Julia Brochier – Lumières Mael Iger – Maquillages et coiffures Mathilde Benmoussa – Images Joseph Paris – Assistant mise en scène et dramaturge Tristan Rothhut

Avec Fanny Blondeau, Geoffrey Carey, Malo de La Tullaye

et avec Les Cris de Paris : Virgile Ancely, Anne-Lou Bissières, Stéphen Collardelle, Marie Picaut, William Shelton, Luanda Siqueira, Michiko Takahashi et Ryan Veillet

Aux Bouffes du Nord, Paris (la dernière était le 23 février) et à l’Opéra de Reims les 1er et 2 mars, au Théâtre de Caen les 12 et 13 mars, au Trident, Scène nationale de Cherbourg les 18 et 19 mars, au Théâtre d’Angoulême les 22 et 23 mars, au Théâtre de Liège du 31 mars au 4 avril

 

 

(une autre histoire)

Soudain j’eus un doute : était-ce une si bonne idée de l’inviter voir cette pièce dont je ne sais pas grand chose. Parce que quand j’entends Heptameron, je pense à Decameron, Pasolini et tout ça. Moment gênant en perspective ?

Soudain j’eus un doute : lui avais-je dit de me rejoindre à la Chapelle ou à Porte de la Chapelle ? Parce que c’est pas la porte d’à côté.

Soudain j’eus un doute : mes vêtements sont-ils assortis ? Parce que je doute de tout en ce moment. L’avantage du doute (gros clin d’oeil, face caméra), c’est qu’on est sûr de rien. Je porte du noir, non pas par deuil, même si j’ai eu de quoi ces dernières semaines, mais parce que ça m’amincit. J’ai un peu pris sur les hanches, et devant et derrière aussi. Ça m’amincit mais j’ai des pellicules. Et ça se voit, sur le noir. Comme quand tu vas dans une fête où il y a une lumière noire. C’est assez embarrassant. J’ai pourtant reçu de VentePrivée.com une cargaison de shampooings Head and Shoulders anti-pelliculaire, mais rien n’y fait. Je crois que c’est ma barbe, en fait.  C’est possible, ça ? Le groupe Dionysos chantait « J’ai froid, je pleure de la neige. » Il ne fait pas froid en ce moment. C’est le réchauffement climatique. Je ne pleure pas, malgré mon allergie aux cyprès, alors qu’il n’y a pas de cyprès ici. Mais c’est comme si je transpirais de la neige.  Comme si je transpirais des cheveux et de la barbe. Normalement quand je transpire, il y a des traces de sel qui se déposent sur mes vêtements. Il parait que c’est comme ça quand on n’est pas tout maigre. C’est une litote ou un euphémisme ? J’ai un doute.

 

vu le mercredi 20 février 2019 aux Bouffes du Nord, Paris

prix de ma place : 34€ (cat.1)

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Publicités

Kafka sur le Rivage (Murakami / Ninagawa / Colline)

(quand on ne lit pas la bible)

Kafka sur le rivage ? Après Einstein on the beach, la suite, en attendant Churchill sur une île ?

(de quoi ça parle en vrai)

« Kafka sur le rivage est un roman d’apprentissage qui s’inscrit dans la littérature universelle. Haruki Murakami nous conte les pérégrinations de Kafka Tamura, un adolescent de quinze ans sur les routes du Japon en quête de sa mère et les errances de Nakata, vieil homme simple d’esprit à la recherche de chats égarés. Quand leurs chemins vont se croiser, peut-être qu’alors chacun découvrira sa propre vérité. Dans ce récit initiatique, les chats confèrent, les poissons tombent du ciel, les prostituées vénèrent Hegel et les rêves prennent vie. » (source : ici)

_q8a3378
© Takahiro Watanabe – HoriPro Inc

(ceci n’est pas une critique, mais…)

Première fois que je vois du théâtre japonais. (ma mémoire défaille peut-être à nouveau, je me suis souvenu à son décès que j’avais vu Bruno Ganz sur scène dans « Le Retour » mis en scène par Luc Bondy). Pas de théâtre Nô (je suis casse-cou mais pas trop), je n’ai lu qu’une nouvelle de Murakami. Mais y avait le nom Kafka dans le titre… Découverte x 1000.

A la manière du Wuppertal Tanztheater, la troupe du Ninagawa Production Company continue à présenter cette pièce malgré le décès de son metteur en scène, Yukio Ninagawa. Et bien leur en prend. Il est d’ailleurs très émouvant de les voir tous réunis pour les saluts, autour du portrait de Ninagawa. Parce qu’ils sont très nombreux, acteurs et régisseurs plateau. « Kafka sur le rivage » est un grand spectacle.

(c’est la dernière ce soir et c’est complet, donc je vais me permettre de divulgâcher quelque peu)

On y croise des (grands) chats qui parlent (Miyazaki style), Johnnie Walker et Colonel Sanders, un personnage en fuite (mais peut-on réellement fuir ?), des féministes très caricaturales (hystériques aux cheveux courts… vraiment ?), un soupçon d’Oedipe, une prostituée qui cite Bergson (coup de coeur pour l’apparition Kate Doi)… C’est foisonnant, le récit est un mille-feuilles.

La troupe est au diapason, tout comme la machinerie autour. On assiste durant les trois heures de représentation au déplacement presque gracieux de grandes cases aux parois transparentes. Ces dernières permettent de nous emmener de la forêt à une gare routière en un rien de temps. (là où ça aurait pu être ennuyeux et redondant).

Pourtant la pièce m’a quelque peu perdu en deuxième partie, la faute notamment à mon esprit qui divague. La musique est très présente, notamment celle de Sigur Ros. Au cas où on ne comprenne pas, y a de l’onirisme.

Mais quoi qu’il en soit ce « Kafka sur le rivage » est un ravissement.

 

KAFKA SUR LE RIVAGE

d’après Haruki Murakami

mise en scène Yukio Ninagawa

avec Leo Bartner, Kate Doi, Nino Furuhata, Yoko Haneda, Fumiaki Hori, Hayato Kakizawa, Katsumi Kiba, Haruka Kinami, Kenichi Okamoto, Masafumi Senoo, Masato Shinkawa, Erika Shumoto, Tsutomu Takahashi, Soko Takigawa, Shinobu Terajima, Takamori Teuchi, Masakatsu Toriyama, Yukio Tsukamoto, Mame Yamada

adaptation Frank Galati – scénographie Tsukasa Nakagoshi – création lumières Motoi Hattori – costumes Ayako Maeda – création son Katsuji Takahashi, Hideyuki Kano – coiffures et maquillage Yoko Kawamura – musique originale Umitaro Abe – 1er assistant à la mise en scène Sonsho Inoue – 2e assistant à la mise en scène Naoko Okouchi – régisseur général Toru Hirai – directeur technique Kiyotaka Kobayashi – directeur de production Yuichiro Kanai

Jusqu’au 23 février 2019 à la Colline, Paris

(une autre histoire)

A côté de moi, une dame. D’un certain âge. On se salue. Elle veut parler. Elle cherche le contact. En parlant de la fumée dans la salle : « Oh, ils veulent déjà nous mettre en condition ! ». Je souris. Elle me demande : « Mais, ils ont refait la salle, non ? » Je réponds : « Euh… Je ne sais pas… Enfin… Je crois qu’ils ont changé les fauteuils cet été, je veux l’été dernier. » Notre voisine du rang de devant, hautaine, se retourne : « Ça fait bien plus longtemps ! » Moi qui m’étonne : « Les sièges ? » La voisine sûre d’elle : « Oh oui, deux ou trois ans. » Elle se retourne. Même si elle a réussi à me mettre le doute, je me persuade que je ne peux me tromper. La dame : « Le temps passe vite… »

Le spectacle démarre. Sur scène et à côté de moi. La dame est une enfant. Elle réagit à tout ce qu’elle voit, à tout ce qu’elle entend. Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un visage aussi expressif. Et ses mains aussi. Elle se cache quand le tonnerre retentit sur scène, elle sourit, elle rit, fait signe de la main

A la fin du spectacle, elle s’impatiente, veut applaudir mais n’ose pas. Elle lance un premier clap mais qui n’est pas encore repris. La musique de Sigur Ros est encore bien forte.

(Je me souviens, quand on a présenté ma pièce, à la fin de celle-ci, une musique monte, fondu au noir. Le régisseur voulait tout de suite remettre les lumières pour les saluts : « Non, on garde le noir jusqu’à la fin de la musique, j’a tout calculé, ça se termine et là tu remets la lumière. Tant pis si les gens veulent applaudir avant »)

Applaudissements, à tout rompre. Elle me regarde. Je n’applaudis pas. J’attends que les artistes reviennent sur scène. Je la devine rassurée en voyant mes mains s’entrechoquer vivement.

 

vu le mardi 19 février 2019 à la Colline, Paris

prix de ma place : 13€ (carte Colline)

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Les Analphabètes (Ingmar Bergman / Le Balagan’ retrouvé / TGP St Denis)

(quand on ne lit pas la bible)

Les Analphabètes ? Mes élèves ?

(de quoi ça parle en vrai)

(…) Les deux artistes s’inspirent ici du scénario de Scènes de la vie conjugale, film réalisé en 1973 par le cinéaste suédois Ingmar Bergman, chef d’oeuvre doux-amer, drame ordinaire et bouleversant de l’amour qui dure puis qui s’efface. Pour cette reprise, ils ont invité un musicien : Thibault Perriard, batteur, familier des plateaux de théâtre, compagnon de route de Samuel Achache et Jeanne Candel. Trois acteurs donc, pour un spectacle qui s’écrit oralement et corporellement au « soir le soir ». Il y a dans cette proposition une exigence, une intensité, quelque chose qui semble brûler sous nos yeux : la force du théâtre dans l’instant présent. (source : ici)

46177183_567568373655531_3925922677767798784_n
© Charlotte Corman

(ceci n’est pas une critique, mais…)

Le défi était de taille : à nouveau une adaptation d’un matériau d’Ingmar Bergman (on le saura qu’on fête les 100 ans de l’artiste), en l’occurence « Scènes de la vie de conjugale », dont j’avais déjà vu la version réussie du tg STAN avec Franck Vercruyssen et Ruth Vega Fernandez. D’autant que, comme pour les spectacles du collectif flamand, les acteurs sont déjà sur scène à notre arrivée dans la salle, proposent aux spectateurs de s’asseoir ici ou là, accueillent les retardataires. La comparaison s’arrête ici car le spectacle du Balagan’ Retrouvé se suffit à lui-même.

Le spectacle dure plus ou moins 2h30 avec l’entracte. Je dis plus ou moins car comme il est indiqué dans la bible :   le  « spectacle qui s’écrit oralement et corporellement au « soir le soir » ». Il n’y a pas de texte pré-établi, nous devons faire confiance aux acteurs pour nous emmener dans les recoins des relations de ce couple. Gina Calinoiu et Lionel González écoutent leurs corps, l’impulsion du moment, savent où ils doivent aller et prennent parfois des chemins de traverse. La parole est tantôt hésitante, heurtée ou assurée (on y est même enrhumé), comme une certaine vie. Rien n’est simple.

Les deux acteurs sont particulièrement remarquables. La « petite » salle du TGP St Denis permet une proximité, je dirais même une immersion assez étonnante. Il est important, je pense, de le signaler, mais nous savons que c’est du théâtre, il y a même un musicien sur scène (j’y reviendrai). Pourtant, lors d’une scène de dispute physique, quand l’homme frappe la femme, nous avons envie d’intervenir, de monter sur scène et d’empêcher ce qui se produit.

La pièce est à la fois dure, intense. On y rit aussi, parfois nerveusement – Lionel González est particulièrement impressionnant dans la lâcheté, la mauvaise foi et toujours sur le fil du rasoir, car il en pourrait en faire beaucoup plus.

Et la musique du Thibault Perriard (d’inspiration jazz, donc prompt à s’adapter aux improvisations des comédiens) souligne, tout en discrétion. Le musicien est spectateur, sait se faire oublier, mais a une présence indéniable.

Une vraie belle découverte mais attention, la représentation que vous verrez peut-être ne sera pas tout à fait la même que la mienne.

 

LES ANALPHABÈTES

Avec Gina Calinoiu, Lionel González, Thibault Perriard

Collaboration artistique Marion Bois – Scénographie Lisa Navarro – Lumière Fabrice Ollivier – Costumes Élisabeth Cerqueira

Production Le Balagan’ retrouvé.

Jusqu’au 24 février 2019 au TGP St-Denis

(une autre histoire)

Comme disait le père Ingmar sur nous autres les humains, moi aussi je suis un analphabète des sentiments. On pourrait même dire aveugle. Malvoyant. Sourd. Handicapé. Je ne sais pas s‘il est de bon ton, aujourd’hui, d’utiliser ce vocabulaire-là pour ça. Je ne sais pas faire, je n’ai jamais su faire et je pense bien que… ben… je ne saurai jamais. Je suis vieux. On apprend de moins en moins. Nos machinchoses dans notre cerveau ne sont plus aptes à s’adapter, intégrer de nouvelles données.

Je ne sens plus mon coeur battre d’ailleurs. Je mens. Je mens quand je dis que je mens. Je ne sais plus.

Le temps passe, je me vois vieillir – si je ne faisais pas ce que je fais présentement, vieillirais-je moins vite ?

Je suis le dernier.

Revenons-en aux sentiments, je m’égare – j’aime tellement me perdre, dans la ville, dans mes pensées.

Hey ! Mais demain c’est la St Valentin ! Non non… rien.

Je voudrais pour mon prochain anniversaire une machine à écrire, pour que tous les mots aient une résonnance. Qu’on m’offre des carnets Moleskine pour toute la vie – je suis immortel – pour aller à l’essentiel. Arrêter d’effacer. Apprendre par coeur. By heart. Peut-être que ça donnera de l’allant, qu’il fera sa vie, mon coeur (mon amour). Il me racontera ses aventures.

J’interromps momentanément le programme : un poil de torse vient de transpercer le tissu de mon t-shirt.

Là tout de suite, du repos, j’ai besoin, je crois.

 

vu le dimanche 10 février 2019 au TGP St Denis

prix de ma place : invitation

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Si j’avais rencontré… Julie Gayet

Julie Gayet… Nous pourrions parler de la pièce dans laquelle vous jouez présentement aux Bouffes Parisiens, Rabbit Hole, mais je ne l’ai pas encore vue. Je pourrais faire semblant. Après tout, un de mes amis a vu la pièce à Aix-en-Provence et m’en a beaucoup parlé (il voudrait d’ailleurs passer le bonjour à Lolita Chammah qu’il n’a pas du tout trouvée en force ce soir-là…), j’ai vu le film de John Cameron Mitchell avec Nicole Kidman… J’étais pourtant invité à assister à la représentation de ce mercredi 6 février, à rencontrer l’équipe artistique en compagnie de blogueurs comme moi. Malheureusement des circonstances qui n’ont rien à voir avec le théâtre m’ont obligé à m’éloigner de Paris pour quelques jours. Je vous écris donc de… Marseille.

Coïncidence, puisque, si je vous avais croisée, j’aurais osé vous adresser la parole (si… si…) et vous aurais parlé de cette ville si chère à mon coeur. Marseille… car nos chemins se sont croisés dans la cité phocéenne, comme on dit, il y a de cela vingt-deux ou vingt-trois ans, je ne parviens pas à remettre la main sur mon billet de théâtre pour la pièce « Les Abîmés », vue au Théâtre de la Criée.

Remettons-nous dans le contexte (tout ce que je vais écrire ici est vrai) !

Je m’appelle Axel, j’ai dix-sept ans et je suis en terminale L au Lycée Michelet à Marseille. Nous sommes en 1996 ou 97. Je suis en option théâtre et le lycée a un partenariat avec le Théâtre National de la Criée, grâce auquel, notamment, nous avons pu assister aux répétitions des pièces de Gildas Bourdet. Notre professeure de français nous annonce que nous irons voir la pièce de Michael Cohen « Les Abîmés » avec lui-même, Serge Hazanavicius (le frère de Michel), Emmanuelle Lepoutre et vous-même. Certains ne vous connaissaient que par « Delphine 1 – Yvan 0 », moi, je vous avais vue dans le film de Laurent Bouhnik « Select Hotel ».

Acte I : Le spectacle. On voit le spectacle, ça nous plait, on applaudit (pour être honnête, mis à part le personnage d’Hazanavicius qui dort sous la table au début de la pièce, je ne me souviens aujourd’hui de rien d’autre), on est un peu jaloux du gars devant nous qui s’est levé et à qui vous avez souri. Après la pièce, notre professeure fait les présentations : vous êtes les artistes, nous sommes les lycéens, rendez-vous la semaine prochaine au lycée pour une rencontre-discussion.

1472747_10152024068873463_1426753187_n

Acte II : Je m’appelle Axel, je suis avec Stéphan, Jean-Philippe et Mikael. Ce dernier est l’heureux propriétaire d’une 4L de toute beauté. Il est notre chauffeur. Nous sortons du théâtre à la recherche de Titine. Cinq minutes plus tard, Mikael se rend compte qu’il s’est trompé de sens, nous repassons devant le théâtre. Vous apparaissez. Jean-Philippe ou Stéphan, je ne me souviens plus très bien, mais ce n’était certainement pas moi, vous lance, un peu crânement : « On vous raccompagne ? » Vous répondez positivement. Nous marchons au ralenti à vos côtés. (musique : Little Green Bag du film Reservoir Dogs). Stéphan, Jean-Philippe et moi-même nous esquichons à l’arrière de la 4L pour vous laisser la place de la morte. Nous discutons de tout et sûrement de rien, nous nous arrêtons là où vous logez, vous nous donnez un baiser sur la joue en guise d’au revoir. À la semaine prochaine.

dsc_0019

Acte III : La semaine suivante. Les quatre garçons dans le vent n’ont pas lavé, depuis, leur joue droite ou gauche. Vous arrivez au lycée, vous nous reconnaissez. On discute. Fin. Avant de partir. Je tremble. Mon coeur bat la chamade. Je m’approche et vous tends un classeur (ou un porte-vues… j’ai vraiment des problèmes de mémoire) avec des feuilles dedans. Sur ces feuilles, une histoire. « AMORE ». Des mots écrits à la main ou à l’aide de ma machine à traitement de texte, je ne sais plus non plus. Maladroitement, timidivement (ce mot n’existe pas, mais ce n’est pas grave), je vous explique que j’aimerais avoir votre avis.

Acte IV : Je vous parle d’une époque où le courriel en est encore à ses balbutiements, où le téléphone portable ressemble à un talkie walkie. Chaque sonnerie du téléphone familial fait bondir mon coeur. Vous ne m’avez jamais appelé. Je me revois sur le tapis de ma chambre, à genoux, implorant le ciel : « Pourquoi ? Pourquoi ? ». C’est le genre d’anecdotes que j’aime raconter, à qui veut l’entendre. Je n’ai pas gardé le manuscrit original. Mais je me souviens qu’il ne s’agissait ni d’une pièce de théâtre, ni d’un scénario, ni même d’une nouvelle. Je commençais à peine à écrire. C’était une espèce de synopsis, une histoire mal fagotée, avec du drame (déjà), une mort, une vengeance, aucun humour (je me suis légèrement amélioré de ce côté – là, n’hésitons pas à nous envoyer des fleurs, des myosotis par exemple, j’aime bien les myosotis, ça me fait penser à la montagne et ce moment où j’ai rencontré celle qui a inspiré « Amore »… Et je retombe sur mes pattes). Très vite écrit, parce que vous étiez la première « célébrité » que je rencontrais (Bernard Tapie et Chris Waddle ne comptent pas), parce qu’il fallait que je me fasse remarquer, que j’étais certain de la qualité de mes écrits. En y réfléchissant, c’était surtout très mauvais. C’était de la merde, soyons honnêtes. Donc je ne vous en veux pas de ne pas m’avoir appelé (ou écrit, je ne sais plus si je vous avais laissé mon adresse postale).

Acte V : Nous sommes aujourd’hui le samedi 9 février 2019. Je ne vous ai finalement pas revue. Voilà ce que je comptais aussi vous dire : « Alors, j’ai écrit un texte qui s’appelle « Dedans ma tête ». Je vous le confie et vous me direz ce que vous en penserez. Mais cette fois-ci, c’est différent, parce que c’est franchement meilleur qu’ « Amore ». Pas difficile, vous me direz. Déjà parce que c’est destiné à être monté au théâtre, c’est un seul en scène, que deux personnes l’ont déjà lu et ne m’ont pas pris dans les bras en me disant : « Tu te fais du mal, faut que tu arrêtes ! »

Tout ça pour dire quoi… Ce n’est pas uniquement grâce à vous que j’ai continué à écrire, que je me suis amélioré, que ce blog existe, que j’ai écrit deux pièces, que j’ai continué à faire du théâtre. Depuis plus de vingt ans, j’ai énormément écrit, j’ai beaucoup lu, j’ai dû voir un bon demi-millier de spectacles (je n’ai pas fait le compte). Même si je ne travaille pas dans la vraie vie (ou la fausse, c’est selon) dans le théâtre, j’ai tout de même eu la chance de rencontrer et côtoyer des gens fascinants et inspirants comme Tiago Rodrigues et le collectif L’Avantage du Doute, pour ne pas les nommer (ou l’épisode « il se la pète encore et toujours, même qu’il a leurs numéros de téléphone). Mais il y a toujours eu cette petite anecdote dans ma tête, comme une envie de (gentille) revanche. Donc, il n’empêche, je ne peux m’empêcher de penser qu’une part infime de tout ça vous revient. Donc merci. (et j’aurais vraiment voulu être présent mercredi dernier…)