Love & Money (Dennis Kelly / Myriam Muller / 11 Gilgamesh Belleville / Avignon Off)

(de quoi ça parle en vrai)

Love & Money ausculte le monde néo-libéral à travers la descente aux enfers d’un jeune couple endetté. Une œuvre coup-de-poing signée Dennis Kelly. (lien : ici)

 

183563-002-3
© Bohumil Kostohryz

 

(ceci n’est pas une critique, mais…)

Parfois on me demande pourquoi je vais voir tel spectacle. Bon, là, on ne m’a pas demandé, mais je le dis quand même : je voulais découvrir cet auteur vivant dont j’entends beaucoup parler : Dennis Kelly. Et c’est dans la chaleur de la salle 2 du 11 que je m’apprête à voir cette troupe luxembourgeoise. (pour info la pièce est aussi jouée par une autre compagnie au Théâtre Transversal)

Ça commence comme une comédie romantique : une correspondance entre deux personnes, puis l’un d’entre eux raconte comment sa femme est morte… Ça se poursuit comme dans Irréversible, le film de Gaspar Noé : on remonte progressivement le temps. Le spectacle aurait pu me plaire, notamment grâce au jeu impeccable des acteurs. Mais je crois que je suis complètement passé à côté, je n’arrive pas à me l’expliquer. J’entends la dénonciation du Saint Argent, thème ultra-couru ces dernières années (ce qui n’est pas malheureusement pas étonnant), mais je ne suis pas parvenu à m’émouvoir ou me passionner pour ce couple qui est pris au cou par les dettes et qui tente par tous les moyens de s’en sortir. Dommage pour moi.

 

vu le dimanche 8 juillet 2018 au 11 Gilgamesh Belleville (Avignon Off)

prix de la place : invitation

 

 

LOVE & MONEY

Auteur Dennis Kelly

Metteure en scène Myriam Muller

Avec Isabelle Bonillo, Delphine Sabat, Elsa Rauchs, Raoul Schlechter, Serge Wolf et Mathieu Moro

Scénographie et costumes Christian Klein – Lumières Philippe Lacombe – Musique Emre Sevindik – Régie générale Antoine Colla – Assistanat Frédérique Colling – Traduction Philippe Le Moine, avec la collaboration de Francis Aïqui

jusqu’au 27 juillet 2018 à 12h55 (sauf les mercredis) au 11 Gilgamesh Belleville (Avignon Off)

 

 

(quand j’attends dans la file…)

« La climatisation ne fonctionne pas. Je répète, la climatisation ne fonctionne pas. » Ma bouteille d’eau est pleine de mon liquide jaune, je suis prêt. Attention, je ne bois pas mon pipi, c’est juste que je manque de… C’est juste que ma poudre de perlimpimpin et l’eau, ben ça fait jaune (pipi). Vous saurez tout. Je vais avoir chaud. L’été sera chaud et je n’ai pas de maillot. Je me vois déjà fondre sur mon siège en plastique, je vois déjà les traces de transpiration  sur ma chemise. Ça va sentir le mâle, mais pas en rût, je vous remercie. Et après le sepctacle, quand les passants formeront une haie d’honneur pour me laisser passer et surtout ne pas subir mon parfum fétide, je leur dirai… Rien. Quinze minutes sans tract, c’est les vacances.

Voilà à quoi je pense dans la file…

 

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s