Pablo Mira dit des choses contre l’argent (Chapeau d’Ébène / Festival Off Avignon)

(de quoi ça parle en vrai)

Pablo Mira est sur scène. C’est déjà bien. Et en plus il dit ce qu’il pense, ça c’est un peu moins bien. (source : ici)

 

640_mira_pablo
Crédit photo : France Inter

 

(ceci n’est pas une critique mais…)

Je connaissais sa voix (qu’on entend dans le poste tous les mercredis dans l’émission de la France Inter « Par Jupiter » (encore elle) et sur les internets grâce à son émission en balladodiffusion « Sérieusement »), je connaissais certains de ses mots puisqu’il est (était ?) un des auteurs qui sévit au Gorafi (j’ai même cliqué sur un des titres pour lire l’article en entier, une fois). Le voilà donc à brûler les planches avec ce premier spectacle debout.

C’est qu’il a de la ressource, ce cher Pablo Mira, à nous accueillir à notre entrée dans la salle et à rester en costard cravate pendant tout le show (ou presque) dans une salle où il fait très chaud et où mes deux voisins ont gardé allègrement leurs cuisses ouvertes. (en tant qu’homme, ai-je le droit de m’en offusquer ? #balancetonmanspreading), à rebondir sur un certain rire d’une spectatrice belette provenant très régulièrement de la salle, à ne quasiment pas recycler ses blagues de la radio. Et c’est toujours avec plus ou moins de « Respect » qu’il nous donne son avis sur l’argent, la bouffe, un ancien amour de jeunesse…

Je suis très basique en matière d’humour  « est-ce que je ris ? est-ce que je trouve ça long ? » Réponses : Oui et non. Donc le pari est réussi. Et même si j’apprécie moyennement quand les humoristes commentent la non-réaction ou le manque de rires face à certains bons mots (« je teste cette vanne », par exemple), j’ai aimé la sincérité de l’entreprise, la non-recherche systématique d’un quelconque enchaînement entre les différents thèmes abordés, qui parfois sont hyper-capillotractés chez certains humoristes, les petites trouvailles de mise en scène, comme l’utilisation de la voix enregistrée, l’arrière scène occupée avec Respect, la « fin », son sens du rythme…

Mazette, que m’arrive-t-il ? Je vois deux spectacles d’humour et je les aime… Pina ? Ivo ? Où êtes-vous passés ?

 

PABLO MIRA dit des choses contre de l’argent

AUTEUR / ADAPTATION Pablo Mira & Morgan Riester

MISE EN SCÈNE Fanny Santer 

DISTRIBUTION Pablo Mira

Jusqu’au 29 juillet à 16h35 (relâche les mercredis) au Chapeau d’Ébène (Avignon Off) et au Théâtre Trévise (Paris) du 11 septembre au 18 décembre 2018

 

(quand j’attends dans la file)

Je crois que j’ai fait péter le bouton de mon bermuda. J’ai trop mangé à midi.  Du steak haché. Quand je vois Pablo Mira en costard en plein cagnard… J’ai attendu d’être ici pour me mettre en bermuda et sandales (la tong ne passera jamais par moi). Jamais vous ne me verrez à Paris en bermuda et en sandales. Non, je ne me baignerai pas dans le canal de l’Ourcq !!! Il fait comment, Pablo Mira, pour ne pas transpirer ? Je crois que mon bouton a sauté quand l’attaché de presse m’a dit que je pourrai rencontrer Pablo Mira après le spectacle, « parce qu’il aime bien discuter avec les journalistes ». « Je ne suis pas journaliste, je ne suis que blogueur », ai-je répondu. « Pis, j’aime pas parler aux gens », ai-je pensé. « J’écrirai mes questions et il me répondra par courriel, ça vous irait ? », n’ai-je pas osé dire.

Voilà à quoi je pense quand j’attends dans la file…

 

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Publicités

Une réflexion au sujet de « Pablo Mira dit des choses contre l’argent (Chapeau d’Ébène / Festival Off Avignon) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s