Les Manigances (étape 2) (Johanne Débat / Cie Modes d’Emploi / Théâtre de l’ Opprimé)

(quand on ne lit pas la bible)

Les manigances – Étape 2 : Notre héritage n’est précédé d’aucun testament ? J’admire la réactivité de cette compagnie. Johnny ? Vraiment ?

(de quoi ça parle en vrai)

LES MANIGANCES, c’est une fable qui raconte le 18 mai, jour de la fermeture de tous les Musées de Mémoire de France. Dans un contexte hautement sécuritaire, c’est l’histoire d’une famille qui décide d’aller voir le père, musicien dans l’armée, jouer du trombone à l’occasion de la cérémonie de commémoration. C’est l’histoire d’un salon d’esthétique où se croisent des personnages en quête de sens. C’est l’histoire d’une agence de Dark Tourism qui vous permettra de dormir sur le site de Tchernobyl et/ou de rencontrer des survivants de la catastrophe, selon votre budget… Sur fond d’emballement médiatique et d’embouteillages pour aller visiter une dernière fois les musées, c’est l’histoire d’une fin de l’Histoire. LES MANIGANCES, c’est une fable qui raconte ce qui nous rassemble. (http://www.theatredelopprime.com/evenement/les-manigances-etape-2/)

32247424_1997140960601294_8859385404038578176_o
Crédits photos : Avril Dunoyer

(ceci n’est pas une critique, mais…)

Sujet sérieux pour une pièce sérieuse mais qui ne se prend pas au sérieux et qui n’oublie pas d’être drôle. Johanne Débat et son équipe ont concocté une saga ludique au long cours. En voyant cette deuxième étape, on a envie de rattraper la première, d’être à l’automne prochain pour la troisième et dernière étape. Certes, on peut ressentir quelques longueurs durant cette deuxième étape (du moins ce fut le cas lors de la première). Mais tout est fait avec générosité, les transitions et le télescopage des scènes sont bien gérés, car tout est lié. On perçoit la documentation qui a permis à la création de ce spectacle sans que cela alourdisse le propos, même si l’anecdotique prend parfois le pas sur le thème principal. Emballé je fus également par tous les comédiens, Claire Marx en tête (mais l’ensemble est très équilibré), qui interprètent de multiples rôles, parfois dans une même scène. Et mine de rien, on réfléchit, à propos de l’Histoire, de la Mémoire…

vu le mercredi 2 mai 2018 au Théâtre de l’Opprimé, Paris.

Prix de la place : 16€

LES MANIGANCES ETAPE 2 : Notre héritage n’est précédé d’aucun testament

Compagnie Modes d’emploi (https://ciemodesdemploi.com)

Mise en scène et dramaturgie Johanne Débat

Avec Alix Kuentz, Claire Marx, Ana Torralbo, Adeline Walter

Assistanat mise en scène Marie Mainchin – Création lumière et régie Paul Argis – Scénographie Benjamin Sillon

Suite et fin du 31 octobre au 11 novembre 2018 au Théâtre de l’Opprimé

(une autre histoire)

Voilà huit jours que j’ai vu cette pièce. Huit jours et encore aucune chronique. Je ne parviens plus à gérer mes différentes vies et je manque de sommeil. Ma supérieure m’envoie un sms un jour férié pour me dire que j’ai oublié d’inclure dans un dossier certaines pièces. Je n’ai pas oublié, on m’avait demandé d’inclure des pièces significatives. Pas le document entier. Je m’étais promis de ne pas parler de mon métier. C’est la fin de l’histoire, c’est la fin de la mémoire, j’oublie. Oui, je me réapproprie le thème de la pièce en enlevant les majuscules.

Je ne veux pas travailler. Je veux faire ce que je veux et surtout dire merde. Merde à toi ! Fuck you ! Je veux rester… Je veux rester… Non, ça non plus je ne peux pas le dire. Je voudrais parler d’un endroit… mais je n’ai pas le droit.

Du scotch sur mes lèvres. Du scotch japonais qu’on m’a offert pour ma pendaison de crémaillère. J’y pense jamais à ce scotch japonais. Je mettrais mes pantoufles et mon peignoir et imiterais Bill Murray dans Lost in Translation. « It’s Santori Time ». Mon prof de droit s’appelait M. Santori à une lettre près. En me rendant un devoir, il s’était moqué de moi devant toute la classe car j’avais utilisé l’expression « de cet acabit ». Je ne poursuivrai pas au-delà mon Maraboutdeficelle, symbole de mon manque d’inspiration ambiant.

Je suis en train de me mettre la rate au court bouillon. Première fois de toute ma vie que j’utilise cette expression. On revient dans le passé, juste huit jours. Je prends des notes, je me couche plus tôt, je fais ce que j’ai à faire dans les temps, je n’écris pas ce texte.

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les Manigances (étape 2) (Johanne Débat / Cie Modes d’Emploi / Théâtre de l’ Opprimé) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s