Un riche trois pauvres (Louis Calaferte / Clio Van de Walle / Ciné 13 Théâtre)

(quand on ne lit pas la bible)

Un riche trois pauvres ? Adaptation d’un programme politique en cours d’écriture ?

 

(de quoi ça parle en vrai)

La chambre rose de David Lynch, une robe-ballons, un revolver à paillettes, du champagne, une couverture de survie, des cônes de signalisation, un téléphone rouge, l’aiguille du talon, un concours de carottes, Maman, un lapdance, un gyrophare… Prétextant une représentation de cirque, Louis Calaferte réussit le tour de force de faire se rencontrer sur une même scène les marginaux, les patrons, les pauvres, les handicapés, les enfants, les étrangers, les laissés pour compte, ceux qui ont tout, ceux qui n’ont rien… Dans un tourbillon où se mêlent les univers musicaux de Kavinsky, Marilyn Manson et David Lynch, l’auteur tend un miroir grossissant au public et nous montre ce qu’il y a de plus cruel dans l’Homme, mais aussi ce qu’il a de plus risible et de plus touchant. Sur la scène d’un chantier onirique et cinématographique, les personnages de Louis Calaferte nous propulsent dans la parade frénétique d’un théâtre fort, atrocement drôle et profondément humain. (http://www.cine13-theatre.com/-Fiche_Spectacle_cine13_theatre&news_id=220041)

 

28164863_343976206082089_2833291779186125764_o
Crédits photos : Geoffrey Callènes

 

(ceci n’est pas une critique, mais…)

Commençons par le bon point : la qualité d’interprétation des comédiens. Et je suis très objectif car, pour donner un exemple, je n’aime pas l’adaptation française (en ce moment sur France 4) de la série humoristique québécoise « Like moi » (que je porte très haut dans mon coeur, c’est peut-être pour ça), pourtant un de ses interprètes, Omar Mebrouk, est une vraie révélation dans cette pièce, notamment grâce à un jeu physique et clownesque drôle et maîtrisé. La figure du clown est ici très présente, pas dans le sens où on l’entendrait – nez rouge, etc. mais grâce à un remarquable travail de coiffure-maquillage-costume (voir photos) qui renforce cette impression d’unité, d’homogénéité entre ces comédiens, qu’ils soient dans l’action ou dans le silence et qui font preuve d’une belle énergie (expression trop souvent utilisée quand on ne sait pas trop quoi dire, mais en l’occurrence, c’est la vérité vraie, surtout que je sais pourquoi je l’utilise) grâce également à la direction d’acteurs. Je suis désolé pour cette phrase très/trop longue.

L’ensemble pourrait paraître décousu (je n’ai pas lu le texte de Calaferte, mais j’ai dans l’idée que l’ordre des scènes a été respecté, je peux me tromper) et selon les sensibilités, on pourrait trouver que cela n’a ni queue ni tête. Pour être honnête, je n’ai pas forcément vu de liens entre les différentes scènes (mais je suis en mode ralenti depuis plusieurs semaines, je l’ai déjà écrit ailleurs), pourtant ça ne m’a pas trop gêné, car cela laisse au spectateur de faire sa propre tambouille de ces saynètes et autres micro-scènes parfois ionesquiennes, dépeignant souvent des personnages affreux, bêtes et/ou méchants.

Dans les bémols, je trouve toujours regrettable et facile d’utiliser des musiques trop connues, qui parasitent la vision d’une oeuvre originale, comme ici la reprise de « Sweet Dreams » par Marilyn Manson ou le titre phare de Kavinski « Nightcall » qui est bien trop collé dans nos esprits au film de Winding Refn « Drive ». Je ne suis pas non plus convaincu par l’utilisation et l’intégration de la vidéo dans le spectacle avec les intermèdes « Guignol », mais ça, c’est aussi dû à un vieux traumatisme de mon enfance avec ce personnage.

Le spectacle aurait encore besoin d’être rôdé (c’était la première mercredi soir) surtout au niveau des transitions qui sont parfois un peu longues ou manquent de précision et/ou de rythme. Il n’empêche que l’ensemble est à voir, surtout pour cette brochette de comédiens.

 

vu le mercredi 11 avril 2018 au Ciné XIII Théâtre, Paris

Prix de la place : invitation

 

UN RICHE TROIS PAUVRES

d’après Louis Calaferte

avec Tamara Al Saadi, Laura Mello, Omar Mebrouk, Charlotte Bigeard, Ismaël Tifouche Nieto, Geoffrey Mohrmann en alternance avec Sam Giuranna

Mise en scène Clio Van de Walle.

Une production La Compagnie Indigo (https://lacompagnieindigo.wixsite.com/lacompagnieindigo/un-riche-trois-pauvres)

Jusqu’au 6 mai 2018 au Ciné XIII Théâtre

 

(d’autres histoires)

  • Y avait un gars au lycée avec qui je faisais du théâtre. On peut dire qu’on était ami. Il était très drôle dans son genre. Il cabotinait un peu. Il nous faisait penser à Elie Semoun. Plusieurs années plus tard, ce gars évoqua le Septentrion de Louis Calaferte que je ne connaissais point. Ce soir, devant moi sur scène je vois cet acteur qui joue dans une pièce de Louis Calaferte. Il me fait penser à Elie Semoun. C’est drôle parfois les choses.
  • Salut, je m’appelle Michel ! Je suis le bon pote qui est invité aux premières des spectacles et qui s’assoit au premier rang pour rire grassement. Je crois toujours que c’est interactif donc je prends la parole quand bon me semble, j’interpelle les acteurs, les gens m’adorent !
  • J’aime jouer au jeu des sept différences. Par exemple, le jeu des sept différences lors d’une première. Une première au Ciné 13 Théâtre ne sera pas la même qu’À la Folie Théâtre (mes deux dernières expériences) et encore moins lors d’une première au théâtre de la Bastille. Les gens sont différents. Définitivement.
  • Louis Calaferte a dit : « Et il s’est révélé avec le temps que je n’ai pratiquement pas d’imagination et que, en fait, je suis borné à ma seule expérience… »

 

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s