Bestie di scena (Emma Dante / Théâtre du Rond Point)

(quand on ne lit pas la bible)

Bestie di scena ? Bêtes de scène ? Les Italiens s’attaquent à nos deux bêtes de scène à nous, Johnny et Cloclo dans une lutte fratricide à coups de hologrammes. Le téléphone va pleurer et on va y allumer le feu.

 

(de quoi ça parle en vrai)

D’ici repartira un nouvel élan. Quatorze comédiens, comédiennes, danseurs et danseuses sur le plateau : Emma Dante les expose, les exhibe. Corps déshabillés, perdus dans l’espace, en mouvement, ils dansent en sous-vêtements ou nus. Instants de grâce et images chocs. Pierre Notte https://www.theatredurondpoint.fr/spectacle/bestie-di-scena/

 

44_6894_BESTIEDISCENA_MasiarPasquali_1000_1000
Crédits photos : Masiar Pasquali

 

(ceci n’est pas une critique, mais…)

Je sais, je me répète, mais j’aime les premières fois. Jusqu’à ce soir, je n’avais vu aucun spectacle d’Emma Dante et j’ai donc choisi un spectacle dans lequel tous les performeurs sont à poil pour me dépuceler. (humour (?) de répétition (cf critique sur Khatia Buniatishvili) (c’est quand on commence à s’auto-référencer qu’il faut redescendre de son nuage)). Cela dit, j’avais vu le film « Palerme » réalisé par Emma Dante, donc pas totalement vierge de ce qui peut trotter dans la tête de la dame.

Ici quatorze artistes coincés quelque part, qui deviendront les pantins malgré eux d’une entité supérieure. Et pourtant ils en sortiront… Pas un mot de plus.

Ce n’est pas rien de se retrouver au troisième rang face à ces performeurs bientôt nus comme des vers. Alors on se concentre sur leurs visages, férocement expressifs (je ne sais pas ce que ça veut dire, mais j’aime bien). Il n’ y aucune sexualisation des corps. Les danseurs-comédiens tentent même de cacher leurs attributs, tant bien que mal, livrant ici un des moments les plus facétieux du trop court spectacle, à peine une heure. Mais le spectacle commence avant le spectacle, avec ce qu’on appellera un échauffement devant le public qui arrive progressivement dans la salle. Je suis d’ailleurs toujours éberlué devant l’indifférence (« ô téléphone mon amour » ou « blababla » on saura tout de leur vie) que montrent certains spectateurs quand les artistes sont déjà sur scène. Mais quel bonheur de les voir évoluer avant les trois coups, de faire connaissance avec ces personnes toutes plus différentes les unes que les autres.

On aime la liberté, le lâcher prise, cet investissement total. On aime cette poupée désarticulée, ce joueur de basket, ce grand singe, cette mangeuse de cacahuètes (à deux doigts de l’étouffement)… Et quand à la fin, il se retrouvent encore face à nous, toujours aussi nus, quelque chose a changé. Une libération. Dans leur regard, dans leur posture, dans notre regard.

 

vu le mercredi 7 février 2018 au théâtre du Rond Point (Paris)

prix de la place : 19€ (tarif abonnement)

 

BESTIE DI SCENA (Bêtes de scène)

Un spectacle de : Emma Dante

Avec : Elena Borgogni, Sandro Maria Campagna, Viola Carinci, Italia Carroccio, Davide Celona, Sabino Civilleri, Roberto Galbo, Carmine Maringola, Ivano Picciallo, Leonarda Saffi, Daniele Savarino, Stéphanie Taillandier, Emilia Verginelli, Marta Zollet

Et avec : Daniela Macaluso, Gabriele Gugliara

Décors : Emma Dante – Lumières : Christian Zucaro – Directeur de plateau : Gabriele Gugliara – Assistanat à la production : Daniela Gusmano – Coordination et diffusion : Aldo Miguel Grompone

Jusqu’au 25 février 2018 au théâtre du Rond Point (Paris), puis les 30 et 31 mars 2018 au théâtre Anthéa – Antipolis (Antibes-Juan les Pins) et le 3 avril 2018 à la MA Scène Nationale de Montbéliard.

 

(une autre histoire)

Être spectateur est un métier à risques. Ce soir, j’ai reçu une goutte d’eau mêlée à de la salive, projetée de la bouche d’un des danseurs. Elle est venue directement se loger sur mes lèvres. J’aimerais me glisser dans les coulisses à la fin du spectacle avec mes cotons tiges et prélever un peu de leur adn. « Qui de vous est un peu en moi ? » Que va-t-il m’arriver ? Vais-je devenir un danseur ? Parce qu’il y a un peu de votre ADN en moi mainenant. J’ai toujours été nul en biologie. Même quand j’ai redoublé ma seconde. Pourtant durant le premier trimestre, j’avais de bonnes notes en sciences, je me disais même que je pourrais choisir la section scientifique mais tout ça est redescendu bien vite.

Il va se passer quoi dans quelques heures, quand je serai allongé dans mon lit, que je rêverai d’une telle ou d’une telle ? Peut-être que je rêverai de toi ? Un mélange de toi, de toi et de toi ? Je serai nu, à poil et ça sera bien le cas de le dire. En chair et en os et à poil. Quand on vieillit, les poils poussent moins, non ? Je serai donc nu. Je serai à la fois dedans et dehors. A l’intérieur puis à l’extérieur. Je sentirai chaque centimètre carré de mon corps bouger, en vingt-quatre dimensions. Je ne cacherai pas mes parties intimes. Il n’ y a rien à voir de toute façon. Du ciel tombera la neige, c’est ça mon cadeau du gars ou de la fille au-dessus de tout ça. Je m’immobiliserai et je deviendrai bonhomme de neige. Je fumerai la pipe, j’aurai tout de même mon écharpe et mon chapeau, mon nez se transformera en carotte ce qui me rendra plus aimable. Puis viendra le redoux, je fondrai, me jetterai dans la Seine, ce qui fera remonter le niveau du fleuve jusqu’aux couilles du Zouave. Paris inondée. Les grandes crues. Mon immeuble dans les flots. L’eau monte, l’eau monte, jusqu’au sixième étage. Le fleuve est mon ascenseur. Personne ne veut m’ouvrir à l’intérieur parce que je n’y suis pas. Heureusement j’ai un double des clés. J’ouvre et je suis allongé dans mon lit, sous ma couette, en chien de fusil. Il y a un trou au-dessus de moi, la neige tombe et me recouvre. Parce que j’ai laissé la porte de la salle de bains ouverte, le froid s’engouffre dans tout l’appartement, je gèle. On se reverra au printemps, promis.

 

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Publicités

Une réflexion au sujet de « Bestie di scena (Emma Dante / Théâtre du Rond Point) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s