Iliade Odyssée (Pauline Bayle / Théâtre de la Bastille)

(quand on ne lit pas la bible)

Iliade Odyssée ? Voilà ce qui va se passer ! Achille et ses copains font la guerre de Troie et Ulysse veut revenir à Ithaque ? Quoi ? J’ai juste ?

 

(de quoi ça parle en vrai)

Qu’est-ce que l’héroïsme ? Invitée pour la première fois au Théâtre de la Bastille, Pauline Bayle pose la question en adaptant de manière concentrée et fort énergique deux épopées fondatrices de notre civilisation, présentées en diptyque. Dans un élan vital, cinq actrices ou acteurs sont les héros ou héroïnes, dieux ou déesses de l’Iliade et l’Odyssée. Affranchi.e.s de la question du genre et armé.e.s de force, de ruse et de courage, ils.elles s’élancent gaillardement dans la quête très humaine du dépassement de soi. (http://www.theatre-bastille.com/saison-17-18/les-spectacles/iliade-odyssee)

 

8-paul2
Crédits photo : Pauline Le Goff

 

(ceci n’est pas une critique, mais…)

Le samedi, c’est tournedos frites et c’est surtout ce mois-ci l’intégrale Iliade / Odyssée au théâtre de la Bastille. Et force est de constater que la première partie de l’épopée de Homère m’est bien restée en mémoire (vue il y a presque deux ans à la Manufacture à Avignon pendant le festival off) et j’y prends encore beaucoup de plaisir : toujours cette pointe d’humour quand vient le moment des Dieux, cette inventivité avec l’utilisation des paillettes (je ne dis rien mais je n’en pense pas moins). Le remplacement de Jade Herbulot par Viktoria Kozlova ne casse aucunement la dynamique et il faut saluer l’homogénéité de la distribution, car ce qui est mis en avant, c’est le collectif (même si ça me fait toujours quelque chose de voir sur scène Florent Dorin aka le Justicier du Futur). Tout le monde joue indifféremment tout le monde (hommes, femmes, dieux) dans Iliade. Tout le monde jouera le même rôle (Ulysse) et bien plus encore dans Odyssée, qui parvient à maintenir mon intérêt pour cette histoire que tout le monde connait et qui se fera plus grave.

Le pari était pourtant ardu : celui de restituer des histoires d’un ancien temps, et ce dans une langue, un code de jeu disons très classiques et une économie de moyens. Ces contraintes permettront à Pauline Bayle (aussi une très bonne comédienne, vue dans « Clouée au sol » aux Déchargeurs) et à sa jeune équipe d’insuffler un vent de fraîcheur (de vivre… désolé) et tout de même du rythme, d’ouvrir notre boîte à imaginaire et de nous laisser séduire par cette simplicité.

Et le pari, vous l’aurez compris, est largement gagné ! (écrit-il en levant les deux pouces)

 

vu le samedi 13 janvier 2018 au théâtre de la Bastille (Paris)

prix de la place : 13€/mois (pass Bastille)

 

ILIADE / ODYSSÉE

D’après Homère, dans les traductions de Victor Bérard et Leconte de Lisle.

Mise en scène, adaptation et scénographie Pauline Bayle (Compagnie À Tire-d’Aile)

Avec Charlotte van Bervesselès, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin.

Assistante à la mise en scène Isabelle Antoine – Assistanat à la scénographie Lorine Baron – Lumières Pascal Noël – Costumes Camille Aït.

Jusqu’au 3 février 2018 au théâtre de la Bastille (Paris) et aussi (liste non exhaustive) les 6 et 7/02/18 au Liberté (Toulon), du 20 au 22/03/18 à la Passerelle (Gap)…

 

(une autre histoire)

Mais qu’est-il devenu ? Je parle bien évidemment de Nono le petit robot. Pour ceux qui auraient moins de trente ans, Nono le petit robot était le fidéle compagnon de Ulysse et Télémaque (son fils) dans le dessin animé Ulysse 51… pardon… 31. Il était tellement populaire qu’il faisait un featuring dans le générique :  « Salut c’est moi Nono… »

Y a même pas un petit clin d’oeil, rien dans cette Odyssée. C’est un oubli fâcheux, moi je dis. On aurait pris un petit pantin désarticulé, histoire d’être raccord avec l’économie de moyens, peint avec le rouge sang utilisé dans Iliade, histoire d’être raccord avec l’économie de moyens. Florent Dorin aurait fait sa voix, puisque les cinq comédiens jouent tous les personnages, pourquoi pas aussi un robot, histoire d’être raccord avec l’économie de moyens… Je suis sûr qu’on aurait pu trouver quelques boulons ici et là pour le nourrir…

T’es devenu quoi, Nono ? Ils auraient pu te trouver un autre prénom quand même. Parce que Nono… ça fait chanson de 2 Unlimited (clin d’oeil à 1993… tu l’as vu venir celui-là ?).

Nono tu me manques. Je suis Nono.

 

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

Publicités

3 réflexions au sujet de « Iliade Odyssée (Pauline Bayle / Théâtre de la Bastille) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s