Maîtres Anciens – Comédie (Thomas Bernhard / Nicolas Bouchaud / Théâtre de la Bastille)

(quand on ne lit pas la bible)

Pièce de science fiction comique dans laquelle des enseignants sont réveillés après avoir été cryogénisés pendant cent ans. Leur objectif : Sauver la grammaire française. Une pièce au même ADN que le film de Mike Judge « Idiocracy ».

 

(de quoi ça parle en vrai)

Sous-titré « Comédie » – car ce grand maître de la férocité qu’est Bernhard est aussi prodigieusement drôle – Maîtres anciens se déroule intégralement au Musée d’histoire de l’art de Vienne où le vieux Reger, critique musical, a donné rendez-vous à Atzbacher pour un motif qu’on ne découvrira qu’à la toute fin. Atzbacher est là, en avance, et observe Reger à la dérobée. Dans cette attente d’un rendez-vous, viennent se nicher réflexions, supputations, spéculations de l’un sur l’autre. Sous la forme d’un discours indirect, sans chapitre, sans retour à la ligne, sans même de point, le texte piétine, répète, ressasse et passe sans transition d’un sujet à un autre : sont convoqués pêle-mêle Heidegger, le deuil, l’art, l’héritage, la filiation. (site du théâtre de la Bastille)

 

8-thom1
Crédits photos : Jean-Louis Fernandez

 

(ceci n’est pas une critique, mais…)

Oui, je suis un inconditionnel de Nicolas Bouchaud en solo comme en équipe. J’étais quelque peu circonspect devant son choix d’adapter pour la scène un roman de Thomas Bernhard, qui n’est pas mon auteur préféré : j’ai un souvenir pénible de celui-ci avec la pièce « La société de chasse » (que je n’ai d’ailleurs jamais vue adaptée, ça doit être un signe), sur laquelle j’avais travaillé dans une autre vie avec une metteure en scène qui me passa l’envie de faire du théâtre pendant deux ans. Bref… Je passai l’heure et demie de la représentation à regretter de ne pas avoir pris mon carnet noir pour noter les nombreuses pensées de Thomas Bernhard que Nicolas Bouchaud a si bien transmises à nous autres spectateurs. (note pour plus tard : prendre une leçon d’écriture inclusive car je ne sais point où placer le point)

Le processus est toujours le même : Nicolas Bouchaud s’adresse directement au public, lui demande parfois sa participation, sans le mettre mal à l’aise et cela fonctionne toujours (ou presque : son adaptation de Paul Celan « Le Méridien » m’avait moins emballé à cause du texte pas évident du tout).

Et là où j’ai été surpris en tant que non-spécialiste de Thomas Bernhard, c’est qu’hormis la critique de la société autrichienne dont il est, lui, le spécialiste, Bernhard, par l’intermédiaire de Bouchaud, parvient à nous émouvoir quant à la véritable raison de la présence du vieux Reger dans ce musée d’histoire de l’art.

Nicolas Bouchaud est un conteur exceptionnel qui, à l’aide de ses partenaires Eric Didry et Véronique Timsit, parvient à nous passionner et à nous donner envie de lire/voir, etc. tout ce qu’ils touchent.

 

vu le mercredi 6 décembre 2017 au théâtre de la Bastille

Prix de la place : 13€ / mois (Pass Bastille)

 

MAÎTRES ANCIENS – COMÉDIE

Un projet de et avec Nicolas Bouchaud

Texte Thomas Bernhard

Adaptation Nicolas Bouchaud, Éric Didry et Véronique Timsit – Mise en scène Éric Didry – Collaboration artistique Véronique Timsit – Scénographie Élise Capdenat et Pia de Compiègne – Lumières Philippe Berthomé – Son Manuel Coursin – Régie générale Ronan Cahoreau-Gallier – Traduction française de Gilberte Lambrichs

Jusqu’au 22 décembre 2017 dans le cadre du Festival d’Automne au théâtre de la Bastille (Paris)

et les 16 et 17 janvier 2018 au théâtre de Chelles ainsi que du 15 au 17 février 2018 au théâtre Garonne (Toulouse)

 

(une autre histoire)

Non, mais tu comprends, je vais pas voir l’expo Moma à la fondation Louis Vuitton. Déjà c’est trop loin de chez moi. Je suis désolé, je ne vais pas me taper plus d’une heure de métro pour aller là-bas. Si c’est pour voyager loin, autant aller au vrai Moma à New York. Oh, suis-je bête, j’y suis déjà allé. Oui le vrai Moma. Regarde, j’ai ce carnet Moleskine siglé Moma. J’y ai inscrit mes poèmes les plus inspirés, que je ne peux pas te lire, non, ça remue trop de souvenirs. Non, tu n’as pas le droit de regarder à l’intérieur, n’enlève pas l’élastique, arrête ! Non mais c’est vrai quoi, respecte un peu la vie privée, je te prie.

Puis y a trop de monde dans ces expos. Tu peux pas profiter. Tout le monde veut y aller, de la confiture pour les cochons. J’avais ce rêve, quand y avait l’expo Hopper au Grand Palais : voir ses toiles de nuit. J’avais pris un de ces fameux tickets à 1h du matin. Trop de monde. On piétine, on apprécie pas et tout était sur-éclairé. Déception. Je suis rentré chez moi. Pas à pied, c’est trop loin de chez moi. En Uber. J’ai honte, mais c’est tellement pratique. Arrivé à la maison, un suppo et au lit. Je dors pas assez. 6h30 plus tard, j’étais réveillé j’ai cette manie de regarder mon téléphone et après impossible de me rendormir.

Tu vois, je pourrais aimmer aller au théâtre à 19h, comme pour le Bouchaud. À 20h30 tu es sorti, tu rentres chez toi, tu commandes chez UberEat. J’ai honte, mais c’est tellement pratique. Le Libanais en bas de chez moi est exquis, mais je suis tellement mieux chez moi à écouter NPR. 22h je suis couché. Je pensais rattraper mon sommeil en retard, j’étais réveillé à 5h. Impossible de me rendormir. J’ai repensé à Johnny… Y a pas à dire, sa période Berger Goldman, c’est la meilleure. En attendant que mon réveil ne me réveille pas, j’ai regardé son concert de Johnny au Parc des Princes en 1993 en replay. Je ne vais jamais au stade, trop loin de chez moi. Et ce monde…

 

Textes (sauf mention contraire) : Axel Ito

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Maîtres Anciens – Comédie (Thomas Bernhard / Nicolas Bouchaud / Théâtre de la Bastille) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s